Rechercher

Assis ou en danseuse ?


L'art de grimper en est un qui paye à être maîtrisé. Pour les coureurs, comme les cyclistes du dimanche, avoir une bonne technique permet de faire un effort payant et d'éviter certaines blessures qui peuvent être causées par des tensions inutiles. Cette semaine, Le Peak fait appel à Pascal Hervé, notre grimpeur préféré, pour répondre une fois pour toutes à cette question qui en tourmente plusieurs. On vous explique la dynamique derrière chaque mouvement, leurs avantages, leurs inconvénients, puis on termine avec notre réponse à la question du jour.

Avant de comparer les deux techniques, il est important de comprendre que monter assis ou en danseuse ne mobilise pas les mêmes muscles. Contrairement à la montée en danseuse, la montée assise sollicite principalement les muscles du bas du dos et des jambes. Excepté le cas où les bras sont sollicités pour tirer sur le guidon (méthode utilisée pour augmenter la puissance déployée sans augmenter la force sur les pédales), le haut du corps est donc relâché pour la durée de l'effort. Lorsque les jambes sont fatiguées (par exemple dans une longue montée ou une montée très abrupte, il est donc à l'avantage du cycliste de se mettre debout sur les pédales pour mobiliser un maximum de puissance. Cependant, dans un cas où la pente est peu prononcée et exposée, il ne faut pas oubliée que, debout, la résistance de l'air est plus grande et, donc, que l'effort nécessaire pour atteindre la même vitesse est également plus important.


Ensuite il y a l'aspect de la mécanique de la vélocité. Tout comme lorsque vous roulez sur le plat, la vitesse qui résulte de votre coup de pédale en montée est le produit de deux variables: la puissance déployée et le nombre de tours par minutes. Lorsque vous montez en danseuse, le déplacement du poids sur le vélo fait en sorte que la puissance générée est plus grande, toutefois, la cadence peut rapidement devenir très basse pour une même vitesse. Bien qu'à court terme, une basse cadence puisse donner une impression de soulagement, elle épuise les muscles et, à l'excès, elle hypothéquer votre fin de course (ou de sortie, selon). Naturellement, la position assise permet de garder une meilleure cadence. Puisqu'une bonne cadence travaille le muscle cardiaque, elle peut également donner une impression d'essoufflement. Chez une personne en forme, il est plus facile de récupérer d'un effort cardiovasculaire que d'un effort purement musculaire. Sur un effort qui est long et dont l'objectif n'est pas de faire de la musculation, il est donc important de s'assurer que le temps passé à basse cadence n'est pas trop important.


Pour finir, il ne faut pas perdre de vue l'aspect technique derrière l'utilisation de ces deux méthodes. Monter en danseuse requière un débalancement particulier auquel il faut s'adapter. Un cycliste qui essaye ce mouvement pour la première fois n'aurait donc pas la même efficacité qu'un cycliste qui le pratique depuis des années, et ce, indépendamment de ses qualités physiques et de sa composition corporelle. Éventuellement, monter assis peut également être perfectionné afin d'obtenir une efficacité maximale, en tirant sur le guidon, par exemple. Avant de dire qu'une technique est meilleure qu'une autre, il faut donc se donner la chance d'apprivoiser chacune, même si cela implique de sortir de sa zone de confort.

Alors, assis ou en danseuse? Après des années d'optimisation et de perfectionnement, le maître nous dit que la clé d'une montée bien réussi est l'alternance. Comme dans bien des cas de dualité, les deux techniques ont des avantages qui leur sont propre. Celui qui apprend à les maîtriser, puis à les utiliser au bon moment dans un effort ou dans une course en tire donc un meilleur rendement que celui qui se borne à n'en utiliser qu'une seule. Selon le coureur, sa physionomie et ses qualités, il est possible qu'une des deux conviennent mieux que l'autre, il est donc à vous de découvrir où vous vous situer dans le spectre de la grimpe.


Sur cette note, Le Peak vous souhaîte de bonnes montées et vous invite à venir faire un tour dans la belle région de Charlevoix, chez Voyages Pascal Hervé, pour de plus amples conseils ;).

0 vue

LA SCIENCE

SPORT

AU SERVICE DU

CONTACTEZ-NOUS

6982 CHEMIN CÔTE-DE-LIESSE, MONTRÉAL QC H4T 1Y5
pascal@peakcentremontreal.ca
514-341-PEAK [7325]

©2017. PEAK CENTRE MONTRÉAL               ENGLISH VERSION SOON!